10 Ans d'AO3

Dix Ans d’AO3 : Francesca Coppa

Nous inaugurons la célébration du 10e anniversaire d’Archive of Our Own – AO3 (Notre Propre Archive) par un entretien avec Francesca Coppa. Francesca est l’une des fondatrices de l’OTW (Organisation pour les Œuvres
Transformatives), mais aussi la personne ayant siégé au Conseil d’Administration le plus longtemps (cinq ans). Elle fait toujours partie de l’OTW à ce jour.

Francesca était ravie de participer à cette série commémorative ! Voici ce qu’elle avait à nous raconter :

J’ai passé presque toute ma vie à étudier, et l’OTW a été, sans conteste, la meilleure des écoles. Comme on dit : « Tout ce qu’il fallait que je sache, je l’ai appris de l’OTW ! ». J’ai des souvenirs si précieux des tout débuts, durant l’été 2007, après l’appel à la création d’AO3… Nos réunions se prolongeaient pendant des heures ! Naomi Novik et Michele Tepper comparaient les outils technologiques et analysaient les attentes des utilisateur-trice-s. Rebecca Tushnet et Susan Gibel se chargeaient de l’aspect administratif de la création d’un organisme à but non lucratif et de la mise en place des structures juridiques et institutionnelles qui régissent l’Organisation. (Pour moi, Susan est l’héroïne méconnue des premiers jours de l’OTW).

Pendant ce temps, je divisais notre équipe de bénévoles en comités distincts. Nous avons demandé à ceux et celles qui étaient « prêt-e-s à s’engager » de nous parler de leurs compétences et de leurs centres d’intérêt, et ce fut profondément impressionnant, et encore plus émouvant : il y avait des avocat-e-s, des codeur-euse-s, des chargé-e-s des relations publiques, des analystes, des responsables de collectes de fonds, des administrateur-trice-s système, des journalistes, des consultant-e-s en gestion, des comptables, des rédacteur-trice-s techniques… Autant de domaines d’expertise, incroyablement variés, que l’on nous proposait par amour.

C’est ce qui m’a le plus touchée, et ce que je me remémore le plus souvent : l’OTW et AO3 représentent un collectif, un réseau du fandom, avec des liens qui vont des plus étroits (« Je donnerais ma vie pour toi ») aux plus lointains (« Salut, on a été dans le même fandom, un jour »), mais aussi ceux qui passent par une identité commune (« Il y a longtemps, tu as aimé quelque chose aussi fort que moi ! »), qui nous permettent de nous reconnaître les un-e-s les autres grâce à un T-shirt, un autocollant ou un onglet ouvert. Nous nous dirigeons tous et toutes vers le même objectif. Nous sommes l’incarnation même du web et de son potentiel : un réseau de personnes qui se rassemblent pour créer quelque chose, sans jamais s’arrêter.