Billet d'invité-e

Billet d’Invité de l’OTW : Henry Jenkins

L’OTW (Organisation pour les Œuvres Transformatives) publie occasionnellement des billets rédigés par des invité-e-s sur ses plateformes d’actualités. Ces billets expriment un point de vue extérieur sur l’OTW et les divers aspects du fandom où interviennent les projets de l’organisation. Les opinions formulées dans les billets sont propres à chaque auteur-e invité-e, et ne reflètent pas nécessairement les valeurs ou les politiques de l’OTW. Nous invitons les fans à nous faire part de leurs suggestions pour les billets à venir en laissant un commentaire sur cette publication ou en nous contactant directement.

Henry Jenkins fait partie des spécialistes des médias étudiant le fandom les plus célèbres. Publié en 1992, son ouvrage Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture a séduit les lecteur-trice-s du monde entier, et nombreux sont ceux qui le considèrent comme l’un des textes fondateurs dans le domaine de l’étude de la fanculture. Lorsque nous lui avons proposé de rédiger ce billet d’invité à l’occasion de notre 10e anniversaire, il nous a répondu : “Je suis honoré qu’on me demande de remplir ce rôle”. Henry nous parle ici des fans, des étudiant-e-s, et du fandom.

Textual Poachers reste un ouvrage populaire parmi les étudiant-e-s et tous ceux/toutes celles souhaitant en apprendre plus sur les fans et le fandom. Vous avez toutefois écrit une douzaine de livres et un grand nombre d’articles, depuis sa publication. D’après vous, en tant que chercheur et que participant, quel aspect du fandom a connu la plus grande évolution depuis vos débuts ?

L’impact des médias numériques sur le fandom a été déterminant. En effet, ces nouveaux médias ont permis d’étendre la portée du fandom, notamment en renforçant les liens entre les fans du monde entier. Ils ont aussi offert aux fans la possibilité de réagir plus vite à leurs programmes favoris, notamment en temps réel. L’apparition de ces nouveaux médias s’est également accompagnée de la création d’un espace où les œuvres de fans sont désormais bien plus visibles au public qu’elles ne l’étaient auparavant (pour le meilleur et pour le pire). Les personnes ont maintenant accès à la communauté du fandom à un plus jeune âge. Enfin, la réponse des fans militant-e-s à la suite de l’interruption de certains programme a désormais plus d’influence grâce à ces nouvelles plateformes . (L’exemple récent de Timeless et son tragique revers de fortune l’illustre parfaitement.)

En outre, l’étude académique du fandom a émergé en tant que sous-champ de recherche à part entière : elle possède, entre autres, son propre colloque ainsi qu’une organisation professionnelle, ses propres revues académiques (y compris Transformative Works and Cultures), ses propres lignes éditoriales, ses propres enseignements universitaires. L’an prochain, nous devrions assister à la publication d’au moins quatre anthologies académiques majeures consacrées à l’exploration du champ de recherche dédié à la fanculture. Ces ouvrages reflètent l’émergence d’une nouvelle génération de chercheur-euse-s, promettant d’être source d’innovation sur de nombreux plans, notamment sur les questions raciales, qui recevront enfin l’attention qu’elles méritent.

(suite…)

Tremplin – Organisation d’oeuvres transformatives – Campagne d’adhésion – du 3 au 9 avril

Campagne d’adhésion d’avril: Pleins feux sur Oeuvres et Cultures Transformatives

Qu’est-ce qui vous enthousiasme des études académiques du fandom?

“Ce qui m’enthousiasme,” dit Karen Hellekson en 2008: « une revue académique qui accueille, au lieu de rejeter ou moquer ouvertement les études aficionados en tant que sujet… qui prend pour acquis la notion que les fans contribuent quelque chose de grande valeur à notre culture, ce qui devrait être analysé.”

Cette revue est Oeuvres et Cultures Transformatives (OCT): gérée, révisée, modifiée et soutenue par des membres de l’OTW et des fans comme vous.

OCT est une revue avec des contributions de spécialistes des études aficionados au niveau international. Editée par Hellekson et Kristina Busse, l’OCT a produit 15 éditions à présent, où figurent des contributions fascinantes au sujet des fanvidéos, des activités laborieuses des fans (organisation de conférences, administration de sites, etc.), et même Supernatural.

Voici une deuxième raison pour vous enthousiasmer: l’OCT est entièrement gratuite et l’a toujours été. Les revues académiques sont traditionnellement réservées à ceux qui sont affiliés à des universités. Souvent, on doit payer de US$30 à $45 pour avoir accès à un seul article. Mais la notre est une revue Open Access Gold exclusivement en ligne: l’accès est gratuite pour les lecteurs. De plus, notre license Creative Commons donne le droit à n’importe qui d’imprimer les essais gratuitement. Ce sont les principes essentiels de l’OCT, permettant son but de connecter le monde académique avec les fans à travers une communauté et de l’accessibilité. C’est pour cela que la revue possède un espace non-académique ouvert au fans pour se joindre à la conversation, à travers la section Symposium dans chaque édition.

En 2013, la OCT a obtenu plus de visibilité et une meilleure position dans l’académie pour ses articles. Hellekson a dit que “c’est une grande victoire pour l’OCT et une reconnaissance de la haute qualité des travaux que l’on publie,” ainsi qu’un très bon signe pour l’académie en ligne.

Récemment, les éditeurs Hellekson et Busse ont travaillé sur la création d’un volume indépendant de la revue qui rassemblerait plusieurs des textes fondateurs de l’académie au sujet du fandom. Toutes les redevances du Recueil des études des Fan Fictions (The Fan Fiction Studies Reader) vont directement à l’OTW!

Alors, qu’est-ce qui suit? L’équipe de l’OCT maintient son bon travail – l’édition 16 est déjà prête, avec la numéro 17 en route – et envisage de s’étendre dans d’autres domaines des études aficionados, qui incluraient plus de fandoms non-occidentaux et non-médiatiques, tels que les fandoms de musique ou de sport, ainsi de d’“expérimenter avec de nouvelles formes de l’académie numérique.”

Vous apporter l’OCT est un parcours tenace. Les éditeurs, l’équipe, et les spécialistes travaillent surtout en coulisse: solicitant des essais de haute qualité, les révisant, et publiant chaque édition à l’heure, révisée et composée à la perfection. Pour la communauté OCT, chaque édition est un monument, le produit de centaines d’heures de travaux académiques réflexifs et absorbants.

Si vous êtes aussi enthousiasmés, considérez soutenir les études aficionados de libre accès et de haute qualité de l’OCT — s’il vous plaît contribuez aujourd’hui!